Les baby-boomers pourraient révolutionner l’âge de la retraite

Un texte de Francis Labbé et une capsule avec André Hétu, directeur de l’Association Midi-Quarante

« Je tiens à remercier toute l’équipe et vous, M. Hétu, pour m’avoir permis de retrouver ma dignité.»
C. B.

« Merci particulier à ma conseillère et à toute l 'équipe.   À 62 ans, se placer chez Statistique Canada depuis décembre 2014, je peux vous dire que je suis fier. On était environ 50 à l'examen écrit et en entrevue ont s 'est retrouvés 14 à être embauchés et formés. »  R.B.

« J’étais à l’écoute quand il a été question de la perte d’emploi après 50 ans. L’homme – dont j’oublie le nom – qui a reçu l’aide de votre organisme était très bon, d’un naturel désarmant : il faisait vivre ce que peut représenter perdre l’emploi qu’on aime à un âge avancé et les différentes étapes à traverser. Bravo !» N. P.