Les baby-boomers pourraient révolutionner l’âge de la retraite

Un texte de Francis Labbé et une capsule avec André Hétu, directeur de l’Association Midi-Quarante

« Je tenais à vous remercier pour votre support tout au long de ma recherche d'emploi ainsi que pour votre disponibilité et votre suivi de mon dossier. Il est donc temps de fermer mon dossier chez Midi-Quarante et de le classer dans vos réussites.» D. C.

« Le mal, c'est d'avoir perdu son emploi.  Sans égard à nos compétences. Sans égard à nos qualités.  Sans égard à nos contributions professionnelles.  Avec la perception que notre âge est un défaut, un handicap.  Le bien, c'est d'avoir eu accès à un organisme fantastique: l'Association Midi-Quarante.  À des gens accueillants et chaleureux.  Et à un conseiller qui a vu neiger; merci!  C'est aussi d'avoir rencontré des gens merveilleux dans le groupe.  Nos discussions, souvent animées, nos anecdotes croustillantes et nos expériences partagées m'ont beaucoup aidé à cheminer dans ce trop long tunnel. »   A. P.

« Il m’est difficile de l’admettre, mais après un certain temps à subir des refus, à être rejeté, la recherche d’emploi devient une tâche négative.  Ça va vous sembler un peu ridicule mais la chose qui m’a le plus aidé, c’est une image sur l’un de vos babillard (celle de l’oiseau qui avale une grenouille et qu’elle refuse de se laisser avaler -  avec le titre « il ne faut jamais lâcher »). Cette image, complétée de nos discussions ainsi  que l’interaction du groupe et des quelques Café Réseau auxquels j’ai participé, m’ont convaincu de ne pas lâcher. Et il y a une chose que je suis très fier, c’est d’avoir choisi un poste et non un salaire! Je n’oublierai jamais mon expérience chez Midi-Quarante et je serai le premier à vous recommander, de plus, vous serez les premiers contactés si j’ai un poste de disponible.»  A. A.