TRAVAILLER APRÈS 65 ANS, POURQUOI PAS ?

Par Jean-Marc Longpré, conseiller en transition et gestion de carrière chez Midi40

Vous êtes retraité et continuez à maintenir une bonne forme physique et intellectuelle ? Vos connaissances informatiques sont à jour ?  L’envie de contribuer à la société reste présente en vous et votre intérêt face au travail est constant ? Vous détenez donc tous les ingrédients nécessaires pour effectuer un retour sur le marché du travail.

Les statistiques indiquent que les personnes de 65 ans et plus représentaient, en 2018, 19% de la population du Québec. Cette proportion grimpera à 25% d’ici 2030. En parallèle, depuis quelques années, les entreprises québécoises peinent à recruter une main-d’œuvre qualifiée. Sentez-vous que votre expérience et vos compétences pourraient combler certains de ces besoins ?

Il est normal qu’à cette étape de la vie, vous ne souhaitiez pas revenir sur le marché du travail au même rythme et dans les mêmes conditions que vous avez connues par le passé. Pour un retour au travail réussi, il faut commencer par définir ce que vous voulez offrir et quelles conditions de travail conviendraient à votre rythme de vie actuel. Ensuite, vous devez trouver le secteur d’activité qui répondra à vos besoins. Il est entendu que les employeurs ont avantage à mettre en place des conditions favorisant une conciliation travail-retraite afin de faciliter le retour des travailleurs expérimentés sur le marché du travail. Plusieurs le font déjà ! Ils ont compris que dans le marché actuel, où le manque de main d’œuvre est criant, votre bagage pourra assurément répondre à leurs besoins de recrutement.

Midi40, peut vous aider dans cette réflexion et dans la recherche d’entreprises qui pourraient bénéficier de votre expérience et de vos compétences. Vous croyez que c’est une utopie ? Nous avons plusieurs exemples pour vous convaincre du contraire ! Je fais, moi-même, parti de ces exemples. À plus de 70 ans, je travaille deux jours semaines et j’ai encore le sentiment d’être une valeur ajoutée dans mon travail de conseiller en transition et gestion de carrière. Ce travail m’apporte beaucoup de satisfaction et me donne le sentiment d’être utile. De plus, j’ai la chance de côtoyer des gens extraordinaires et d’avoir un employeur très accommodant. Le bonheur quoi !

Pas encore convaincu que cela est possible ? Voici d’autres exemples qui illustrent bien que tout est possible, si on ose :

  • Sow, 70 ans, conseiller aux ventes dans le commerce de détail ;
  • Jocelyne, 73 ans, préposée aux bénéficiaires ;
  • Mustapha, 70 ans, huissier audiencier ;
  • Daniel, 65 ans, rédacteur technique

 

J’espère avoir réussi à provoquer un questionnement sur le sujet ! Bonne réflexion !

Jean-Marc Longpré

« Lors de la première séance d'information, je me suis vraiment senti à ma place et je suis sorti de mon isolement. Les rencontres personnalisées avec mon conseiller m'ont beaucoup aidé et m'ont poussé à puiser les forces nécessaires à l'intérieur de moi-même afin de faire les bons choix et prendre les bonnes décisions. À chaque fois que l'on sort des rencontres de groupes, on se sent grandi, on reprend des forces et on tisse des liens. Vous êtes plus qu'un service d'aide à la recherche d'emplois, vous êtes un service essentiel à l'écoute des préoccupations (emplois) des gens pour finalement les aider à sortir de l'anonymat. J'espère un jour pouvoir travailler pour votre organisation. » A. A.

« J'ai vraiment beaucoup apprécié les rencontres organisées par Midi-Quarante pour les cadres et professionnels. Les échanges étaient enrichissants et de bons conseils, trucs et contacts étaient partagés lors de ces rencontres.» C. P.

« Le mal, c'est d'avoir perdu son emploi.  Sans égard à nos compétences. Sans égard à nos qualités.  Sans égard à nos contributions professionnelles.  Avec la perception que notre âge est un défaut, un handicap.  Le bien, c'est d'avoir eu accès à un organisme fantastique: l'Association Midi-Quarante.  À des gens accueillants et chaleureux.  Et à un conseiller qui a vu neiger; merci!  C'est aussi d'avoir rencontré des gens merveilleux dans le groupe.  Nos discussions, souvent animées, nos anecdotes croustillantes et nos expériences partagées m'ont beaucoup aidé à cheminer dans ce trop long tunnel. »   A. P.